SI UN INCONNU VOUS ABORDE – Laura Kasischke

Bientôt quatre ans que ce recueil de nouvelles attendait son tour dans ma bibliothèque. Le challenge #maiennouvelles initié par @hopsouslacouette et @theflyingelectra était l’occasion de lui donner sa chance. 

L’auteure et poétesse américaine originaire du Michigan m’avait impressionnée avec son roman «Esprit d’hiver», ma seule lecture de Laura Kasischke jusqu’ici. Parfois, une unique expérience suffit à convaincre sans peine. 

Quinze nouvelles à l’atmosphère étrange, glaçante parfois, dans lesquelles le lecteur est baladé entre le présent et le passé des personnages, à la limite du surnaturel et de la réalité.

«Il était deux heures de l’après-midi, un ciel aussi limpide que du gin, aussi blême que la mort, entre trente-cinq et quarante degrés facile, par un poil d’humidité dans l’air»

De longueurs très inégales, chaque nouvelle met en scène des êtres issus de la middle class américaine. En apparence leur vie n’a rien d’extraordinaire, mais une fois les couches de leur existence proprette grattées par la plume magique de Laura Kasischke, les voilà transformés. 

«À vrai dire, la plupart des gens restaient des inconnus. Au mieux, on pouvait les croiser et supposer qu’ils savaient quelque chose, avaient quelque chose, comprenaient quelque chose qui vous, vous échappait.»

La première nouvelle, MONA, glauque à souhait, s’attaque à la curiosité mal placée d’une mère. MELODY, le texte le plus long du recueil et l’un de mes préférés, nous parle de Tony, un type attachant fraîchement divorcé, en chemin pour l’anniversaire de sa petite fille. TU VAS MOURIR,  nous offre une fin inoubliable après deux pages et demi seulement. Et vous, que feriez-vous SI UN INCONNU VOUS ABORDE POUR VOUS DEMANDER DE TRANSPORTER UN OBJET À BORD D’UN AVION? Titre d’une dernière nouvelle perturbante pour terminer en beauté.

«Et si ça n’était pas assez, il y avait l’esprit. Ses dix millions de souvenirs. Ses listes et ses intuitions. Ses illusions et ses faits. Un homme pouvait errer dans son propre esprit jusqu’à en mourir, ne rien y trouver. Comment savoir où cela se terminait, cette recherche, ou même si elle se terminait un jour?»

Alors que nous croyons découvrir la chute ou la raison du pourquoi, l’auteure nous laisse en plan sur le bord de la route avec nos suppositions pour seule compagnie. Une signature aussi frustrante que réussie!

Éditions Page à Page, 2017, 190 pages, paru en 2013 sous le titre original «If a Stranger Approches You», traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy, disponible en poche chez Le Livre de Poche.

10 Comments

  • krol

    J’ai lu beaucoup de romans de cette auteure que j’aime beaucoup. Ce recueil de nouvelles, je ne le connais pas mais il me tarde maintenant de le rencontrer…

  • meellaa

    Je ne peux que te le conseiller, je ne les ai pas toutes appréciées de la même façon mais certaines sont un coup de cœur!
    Quel roman de cette auteure me conseilles-tu?

  • meellaa

    Ah bon? Pourquoi donc? Tu m’intrigues… Je n’ai lu qu’Esprit d’hiver. Ces nouvelles sont de la même veine je trouve.

  • Marie-Claude

    Esprit d’hiver m’avait fortement marquée, surtout après coup, avec le recul. J’ai ce recueil dans ma PAL. L’occasion serait belle, mais je commence à saturer des nouvelles. Au programme de l’année prochaine?!

  • meellaa

    Je te comprends, son tour viendra. Si Esprit d’hiver t’avait marquée, certaines nouvelles devraient te plaire. D’autres sont vite oubliées par contre, mais rien que pour quelques unes il vaut le coup.

  • Electra

    je ne sais pas, je n’avais pas accroché aux premières lignes ! faut pas toujours chercher, ce n’était peut-être pas le bon moment, mais je vais retenter par contre je vais faire comme ma copine Marie-Claude et attendre un peu, car là je sature côtés nouvelles !

  • meellaa

    Dans ce cas, les nouvelles sont une bonne mise en bouche… mais une pause s’impose 😅

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *