MAISON-TANIÈRE – Pauline Delabroy-Allard

Un petit bijou original qui allie écriture, poésie, musique et photographie.

Retirée seule dans une maison prêtée par des amis, l’auteure choisit chaque jour un vinyle différent et compose un poème le temps de l’écoute. Puis, elle met en scène la pochette du disque sur une photographie.

Tel un journal intime, la date du jour et le titre de la musique ouvre chaque poème présenté en double page.

 

Deux ans plus tard, Pauline Delabroy-Allard change de formule et se couche dans chaque pièce de la maison pour observer le plafond et se laisser aller à la rêverie. 

«c’est quelque chose 
d’espérer qu’un jour elle espère
de désirer qu’un jour elle désire
de trembler qu’un jour elle tremble
je n’attendais rien du tout
mais ce monde-là
sans son froncement de sourcils
sans ses yeux où passent les nuages
sans sa bouche sépia
quelle idée saugrenue»

«à la friperie j’ai acheté
un pull comme un tableau de Soulages
pour me souvenir
de ces jours ici
de ces jours couchés
animale dans ma tanière
passés à attendre que la vie passe
pour me souvenir
que les murs m’ont regardée
me remettre sur pieds
soulagés»

«je disais ça à ma fille lorsqu’elle était très petite
je lui disais chut je dors
mais dormir c’est comme mourir c’est laisser les autres
seuls au monde
je faisais semblant le temps qu’elle s’endorme
et alors seulement je pouvais dormir à mon tour»

Décidément, l’auteure du roman «Ça raconte Sarah» excelle dans toutes ses créations. Ce recueil de poésie se lit comme un livre d’images.

Beau, très très beau…

Éditions L’iconoclaste, collection L’Iconopop, avril 2021, 80 pages

 

2 Comments

  • Marie-Claude

    Wow! C’est magnifique, ce petit livre. Tant les photos que l’idée et les mots. J’ai souvent vu passer la couverture sans me douter un seul instant du contenu. Moi qui pensais qu’il s’agissait d’un roman! Je vais devoir investiguer plus avant! Merci pour la découverte!

  • meellaa

    Ah oui, tout ce que j’aime, de la créativité avec un brin d’originalité. On peut passer plusieurs minutes à admirer ou observer une photo, et tu penses, à se laisser aller comme l’auteure à la rêverie. Un chouette petit format en plus.
    Et tu n’avais pas tort, au fil des poèmes se dévoile une histoire, tel un petit roman.
    Celui-ci je ne le range pas pour le feuilleter de temps en temps 😉

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *