LUCKY MAN – Jamel Brinkley

Les neuf nouvelles ce recueil nous offre une immersion totale dans les quartiers new-yorkais de Brooklyn et du Bronx. Des textes résolument modernes et actuels signés par la plume sensible de Jamel Brinkley dont il s’agit du premier livre. 

Les héros sont principalement des hommes, de tous âges, en quête d’une identité propre. Ils se questionnent, cherchent leur place, s’affirment, leurs failles sont mises à nue. 

«Non, je n’en sais rien, mais j’imagine sans cesse l’effet que cela me ferait à moi, d’être le père d’un jeune homme qui m’aimerait, croirait en moi, et qui, malgré nos différences, ne demanderait qu’à devenir un adulte à mon image.»

Deux jeunes amis se retrouvent dans une situation gênante chez deux filles rencontrées en soirée. L’un d’eux est toujours habité par le souvenir et les conseils de son père décédé. Dans La parade de J’ouvert, 1996 un adolescent touchant prend des risques inconsidérés et met son petit frère en danger, mon coup de coeur du recueil. Alors que des enfants pauvres se sont réjouis d’être accueillis dans une famille aisée pour une journée récréative, la réalité les déçoit. 

«Quarante et un ans. Il y a des choses que je voulais et dont je ne veux plus, même certaines que j’ai maintenant. Il y en a d’autres que je veux de tout mon coeur, et si je ne les ai pas bientôt, je ne les aurai jamais.»

Deux frères séparés par un passé familial difficile essaient de se pardonner. Un homme sort de prison en quête de repères et tente de se racheter en adoptant une famille. CLIFTON’S PLACE un bar dont la tenancière a perdu de sa superbe dans l’attente du retour de son amour de jeunesse.

«Pour la plupart des individus, il existe un fossé – voire un abîme – entre ce qu’ils s’imaginent être et la façon dont les autres les voient. Ce fossé est sans doute la meilleure unité de mesure de la solitude de chacun.»

Jamel Brinkley époustoufle par l’atmosphère qu’il réussit à créer. Nul besoin d’imaginer. Ce coin de New York, les êtres, tout s’y trouve à coeur ouvert. Une chance à saisir.  

Cette lecture termine en beauté ma participation au challenge #maiennouvelles organisé par @hopsouslacouette et @theflyingelectra. N’hésitez pas à vous rendre sur leur page, elle réunit l’ensemble des participations.

Éditions Albin Michel, collection Terres d’Amérique, 2019, 300 pages, paru en 2018 sous le titre original «A Lucky Man», traduit de l’américain par France Camus-Pichon.

6 Comments

  • Electra

    je l’ai dans ma PAL, je comptais le lire cette année mais j’ai zappé, mais ton avis positif me dit que je peux le garder pour l’an prochain !!

  • Marie-Claude

    Ah! Tu me rappelles de très bons souvenirs, là. Je guette le prochain ouvrage de Brinkley!

    Et… au risque de me répéter, c’est toujours un immense plaisir de lire tes nouveaux billets (et oui, de voir quelle photo les accompagne. Tu les choisis magnifiquement bien!).

  • krol

    Très attirant, je note pour l’année prochaine. Et puis Albin Michel dans la collection Terres d’Amérique est un gage de qualité…

  • meellaa

    L’immersion a vraiment été réussie pour moi. Pas de prise de tête, on rentre très facilement dans chaque nouvelle. Un auteur à suivre sans hésiter!

  • meellaa

    Merci Marie, ça me va droit au cœur! Un plaisir pour moi également d’aller relire ta chronique sur ce recueil. Comme tu dis, un auteur à suivre assurément !!

  • meellaa

    Tu peux y aller les yeux fermés si tu souhaites passer un moment à Brooklyn! Cette collection est une valeur sûre, c’est bien vrai, j’y ai lu mes plus belles découvertes américaines.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *