BLIZZARD – Marie Vingtras

Il paraît qu’il est d’adage de ne jamais critiquer un premier roman. Cela tombe bien, nulle envie de le faire, ce texte m’a été impossible à lâcher avant le point final.

Nous sommes au fin fond de l’Alaska, dans un endroit presque coupé du monde. Ici, les jours d’été se comptent sur les doigts d’une main et il fait souvent nuit. On fait ses courses une fois tous les tremblements de terre, puisqu’il faut parcourir plusieurs heures de route avant de rejoindre le monde civilisé. Évidemment la 4G on n’en parle même pas. Alors vous pensez bien que les habitants de ce coin n’ont pas atterri là par hasard. Ici, soit l’on se cache, soit l’on a fui traînant avec soi ses vieilles casseroles. 

Un soir de blizzard terrible, Bess lâche la main du petit garçon dont elle a la garde pour attacher ses lacets. Quelques secondes à peine et l’enfant a disparu en pleine tempête de neige.

Sous forme de roman choral, chaque habitant prend alors la parole. Il faut à tout prix retrouver l’enfant. 

Blizzard plonge instantanément le lecteur dans une atmosphère très étouffante. Les secrets des personnages se révèlent peu à peu, la tension infligée au lecteur ne connaît pas de trêve… et je crois n’avoir rien vu venir, bam!

Marie Vingtras signe un premier roman à la construction parfaitement maîtrisée.

Totalement efficace !

«Mais il y a des choses qui ne durent pas et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bonheur occupe toujours la première place du classement.»

Lu grâce au billet tentateur de Marie-Claude, pour qui ce n’est rien de moins que l’un des meilleurs titres de la rentrée d’automne. Virginie semble avoir elle aussi succombé!

 

Éditions L’Olivier, août 2021, 192 pages

 

10 Comments

  • Marie-Claude

    J’arrive tard! Des soucis de blog, encore, qui me prennent la tête et je ne suis pas encore sortie du bois!

    Je ne connaissais pas cet adage au sujet des premiers romans! Avoir su ça, je me serais souvent garder une p’tite gêne et aurait modéré mes propos. Heureusement, dans le cas présent, mon enthousiasme était à son paroxysme.

    Je suis soulagée qu’il t’ait plu. Comme toi, je n’ai rien vu venir. J’ai trouvé que la construction (choral) était particulièrement bien maîtrisée. Le style n’est pas particulièrement flamboyant, mais l’intrigue, la construction et les personnages font pencher la balance du bon côté.

    En somme, un premier roman extrêmement bien réussi. Ça augure bien pour la suite.

    • meellaa

      Sans toi, je serais passée à côté et ma foi cela aurait été bien dommage… la construction impressionne pour un premier roman.
      Je pense à toi et tes soucis de blog… j’espère que les solutions pointent.

Répondre à Ingannmic Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.